ou encore Il était une fois ... c'est ainsi que commence les contes de fées, mais pas seulement, non, non c'est aussi le nom d'un magnifique Château, mais surtout d'une très belle histoire d'amour pour l'éternité, je vous présente le Château de La Napoule, situé à Mandelieu, dans les Alpes Maritimes, que j'ai eu le bonheur de visiter fin octobre, ses propriétaires Henry et Marie Clews, artistes dans l'âme en sont tombés amoureux, l'ont entièrement rénové, sculpté... et ne l'ont plus jamais quitté, ils aimaient y recevoir du monde et organiser de belles fêtes costumées d'un autre siècle,

On peut apercevoir tout au long de la visite, d'étranges petites créatures imaginaires, qui ont été sculptées par Henry Clews lui-même, chargées de veiller sur la demeure, les initiales de nos hôtes (H et M) s'entremêlent au milieu de ces sculptures, vous l'aurez compris, je suis tombée sous le charme de ce bel édifice qui nous plonge dans un monde imaginaire.

Je dédie ce billet à tous les amoureux des contes de fées (clin d'oeil à mes petites fées Laure et Sam) et plus particulièrement à Nélinha et son train vers un monde imaginaire à bord duquel j'ai le plaisir de voyager !

Once Upon a Time

Sculpture entrée

Entrée du château

Détails sculpture

Portraits de famille

Portes intérieures

Jardins 2

Cour intérieure

Atelier

Extérieurs

Jardins 1

Petit extrait d'un des panneaux d'information 

Lorsqu'ils devinrent propriétaires du Château de la Napoule, Henri et Marie Clews eurent le sentiment d'y avoir trouvé leur demeure idéale.

Dès la conception des plans du Château, ils y inclurent une tour à l'extrême Ouest de la propriété qu'ils nommèrent La Tour de la Mancha en référence à la passion d'Henry pour le personnage de Don Quichotte de La Mancha. Cette tour, édifiée en 1933, parfaitement harmonisée avec les deux tours médiévales, étaient destinées à recevoir leurs tombeaux dans une crypte souterraine. Henry Clews dessina deux sarcophages, à l’instar des tombes des seigneurs féodaux, chacun logé dans une alcôve sculptée de monstres fantastiques. Il alla même jusqu’à rédiger sa propre épitaphe.

A sa mort en 1937, la crypte n’était pas terminée. Marie, aidée des ouvriers et marbriers, fit réaliser la chambre funéraire telle qu’ils l’avaient dessinée ensemble quelques années auparavant. Ce n’est que vingt-deux ans plus tard, en 1952 que Marie Clews décéda au Château et rejoignit son époux. En haut de la tour, une chambre secrète fut aménagée par Henry et Marie pour le repos de leur âme.

Dans ses Mémoires, Marie écrivit : « tous les cent ans nous parlerons à travers le silence de la tombe : « Es-tu là Marie ? », et la réponse viendra : « je suis là Henry, tout près de toi » et de nouveau le silence nous enveloppera pour cent nouvelles années, exception faite du clapotis des vagues de la Méditerranée bleue, du hululement des petites chouettes, du chant perlé des alouettes et de la mélodie du rossignol dans les droits et hauts cyprès qui flanquent, tels des gardiens, la Tour de la Mancha où deux amants se reposent quelques instants, face à face, qui ne seront plus jamais séparés. »

Crypte

 

Regardez-bien la dernière photo du sarcophage de Marie, le panneau du milieu est entrouvert tout comme celui d'Henry, pour leur permettre de se retrouver tous les cent ans !

Je termine ce très long billet (j'espère ne pas vous avoir perdu en route !) avec ce portrait de la maîtresse des lieux également photographiée sur un panneau d'information, désolée pour les reflets, 

Marie Clews

 

Bienvenue à mes dernières abonnées, et merci à tous et toutes pour vos passages silencieux ou pas,

Je vous souhaite une très belle fin de journée, 

A très bientôt